11. Les Péchés Sociaux.


Extrait du livre intitulé : "Confidence de Jésus à ses prêtres et à ses fidèles"


Extraits des messages donnés par Jésus à Monseigneur Don Ottavio Michelini.
A commander aux Editions de Parvis : www.parvis.ch


Voici les trois grands péchés sociaux de l'humanité:

- L'humanité a péché en Adam et Eve.
- L'humanité a péché, par le déicide, dans le peuple élu, le peuple de Dieu.
- L'humanité pèche aujourd'hui par le refus de Dieu.

Une monstrueuse ingratitude.

Le péché de l'humanité en Adam et Eve bouleverse entièrement le plan merveilleux de Dieu, il en modifie le sort.
A l'ordre succède le plus déconcertant désordre. Au bonheur du paradis terrestre fait suite le malheur. A la lumière font suite les ténèbres de l’ignorance. A l'amour, la haine; au bien - pour lequel l'homme fut créé - le mal avec toute la gamme de ses manifestations.
A la paix succèdent les guerres et les violences. A la vie éternelle - but de la Création -on peut préférer la mort éternelle dans le sombre désespoir de l'enfer. Tel est le péché originel. Telle a été la réponse donnée à l'Amour de Dieu, par l'humanité entière, en Adam et Eve.
Une monstrueuse ingratitude, consommée par le premier homme et la première femme, auxquels ne manqua pourtant pas la grâce, non seulement nécessaire mais surabondante, à la mesure de leur immense responsabilité. Dieu, pour un acte d'Amour sans borne, a récolté une terrible insulte.

La justice engendre la miséricorde.

A la rébellion de l'humanité en Adam et Eve, Dieu répond, non pas par la méchanceté, mais par la justice et la miséricorde. Par sa justice, il punit le péché dans l'humanité entière. De l'origine à la fin, l'homme mangera son pain à la sueur de son front. La justice pèsera sur l'humanité jusqu'à la fin des temps.
Aussitôt, cependant, éclate également l'infinie miséricorde. Après avoir obtenu la confession et le repentir de nos premiers parents, Dieu fait suivre le pardon par la promesse de la Rédemption. Pour préparer le grand événement de la libération de l'humanité de l'esclavage de l'enfer, Dieu se choisi un peuple, le peuple de prédilection, que Dieu veut saint, mais qui ne le devient pas, malgré une pluie de grâces et de miracles. Devenu l'objet de son Amour, ce peuple répond par l'ingratitude à la prédilection. Dieu suscite les prophètes qui, d'une voix forte, rappellent le peuple à la mission pour laquelle il a été prédestiné.
Les prophètes, qui sont les haut-parleurs de Dieu, annoncent des faveurs, des grâces et des libérations. Devant l'aveugle obstination, ils menacent aussi et annoncent des châtiments, que le peuple connaîtra dans la douleur.
Dans la souffrance, celui-ci se souviendra de ses pères et alors éclatera de nouveau la miséricorde. La justice divine engendre toujours la miséricorde, même si les hommes ne veulent pas comprendre cette réalité, aveuglés qu'ils sont par leur égoïsme. Les temps arrivent à maturité et se lève l'aube radieuse de la naissance du Sauveur.
Les hostilités contre le Verbe fait chair sont suscitées et fomentés par Satan, qui s'engage dans une lutte terrible qui n'avait d'ailleurs jamais cessé mais qui fut alors relancée avec fureur. Et voici que l' Enfant divin prend la voie de l'exil pour échapper au cruel et corrompu Hérode.
Plus tard, Satan poussera à la révolte les prêtres du Temple et les grands du peuple hébreu, qui trameront et consommeront le déicide. Dieu a aimé son peuple de manière invraisemblable et son peuple le met en croix.

Satan veut la destruction de l'Eglise.

L'humanité pèche aujourd'hui par le refus de Dieu. De son Coeur ouvert, suspendu à la croix, Jésus donne à l'humanité son Eglise.
Dès ce moment, nouveau plan de Satan et de ses légions contre le Corps mystique de Jésus. Satan veut sa destruction. Il s'est déjà leurré en tuant la Tête, maintenant il trame la destruction du Corps. Voilà la guerre d'usure qui se livre sans trêve depuis près de deux mille ans. L'Eglise ne répond pas toujours comme il le faut à cette lutte. Elle en a connu, en vingt siècles, des blessures douloureuses!
Aujourd'hui, Satan marque beaucoup de points en sa faveur. La bataille, la plus grande bataille, est en cours. La vision fragmentaire et irresponsable de la réalité, de la part d'un bon nombre de Pasteurs et de prêtres, a encouragé l'ennemi dans ses tenaces efforts pour détruire l'Eglise et son divin Fondateur.
La bataille en cours, que seuls les inconscients ne remarquent pas, fera de plus en plus rage et provoquera de très nombreuses victimes parmi le clergé et les fidèles. Le monde, mais spécialement l'Europe, flambera en une heure sans précédent. Heure de justice et aussi heure de miséricorde sera l'avènement d'un nouveau printemps de paix et de justice pour l'humanité et pour l'Eglise.
Ma Mère et la vôtre écrasera pour la seconde fois la tête de Satan.
L'athéisme disparaîtra du monde.

(12 janvier 1976)